Perry le chien

Quand nous sommes arrivés en Equateur, nous savions que la famille allait s’agrandir…mais nous ne pensions pas aussi tôt.
Sigue leyendo

Anuncios

LA FIN DU CHEMIN

La vie est un cercle, tout finit par le commencement.

Après être arrivés au bout du chemin de Compostelle, nous avions l’idée de continuer vers le Portugal en stop avec nos fidèles sacs à dos. Porto, Lisbonne, Faro étaient quelques uns des lieux au programme. A Santiago, nous avions même acheté un guide. Tout était déjà prêt. Mais il nous a été impossible de continuer.

Sigue leyendo

UN DINER COREEN

Depuis plus de 200kms nous avons passé la frontière franco-espagnol après avoir gravit les pyrénnées.
La langue, la culture et le rythme ont changé.
wpid-wp-1404888566938.jpeg

Après avoir passé parfois des heures entières sans voir de pélerins, nous nous retrouvons désormais au beau milieu de caravanes de pélerins de tous styles et de toutes nationalités.
wpid-p1060139.jpg

On rencontre ceux qui cheminent en solitaire à la recherche de spiritualité, en groupe genre boy scouts, les sportifs à la recherche de performences, ceux foncent au guidon de leurs vélos et certains mêmes pieds nus. Entre toutes ces personnes, on a des warriors qui ont déjà traversés toute la France voir plus et les ptits nouveaux qui s’émerveillent de leurs premiers kilomètres sur ce chemin si particulier.
wpid-p1060627.jpg
wpid-p1050894.jpg
wpid-p1060192.jpg

Le chemin en espagne est bien différent. Le changement nous a été brusque. Passer d’une chambre pour deux à un dortoire de 300 personnes…ça secoue!
wpid-p1060465.jpg

On se retrouve aussi dans une ambiance plus jeune et plus cosmopolite. Ce ne sont plus les retraités français qui animent le chemin. Nous découvrons de nouvelles cultures. Particulièrement de l’Europe en général, des Etats Unis, de la Corée, du Japon et même parfois d’Amérique Latine.
wpid-p1050920.jpg

Les pieds et jambes sont maintenant bien entrainés. La fatigue musculaire s’atténue et la fatigue mentale prend place. Le rythme de marche est bien répétitif. Se lever tôt (pour éviter les grosses chaleurs), marcher entre 20 et 25 kms, manger et dormir sont nos activités journalières. Et parfois, le moral en prend un coup.
wpid-p1060053.jpg

Et justement, alors que nous doutions du sens de ce chemin et de son fameux “esprit pélerin” que nous recherchons et avions un peu perdu en Espagne, nous arrivons dans un donativo (on ne vous reexplique pas son principe, hein?!). Dans l’ancien hopital de pélerins San Juan Bautista à Grañón.
Le confort est sommaire (de fins matelas de gyms à même le sol) mais l’hospitalité et le bonheur remplissent cette paroisse.
wpid-p1060507.jpg

Après une grosse étape de 30kms dont une bonne partie sous la pluie, les pieds dans la boue, nous arrivons dans ce ptit village et rencontrons Mariam et Leaticia.
wpid-p1060600.jpg

Comme toujours dans ce genre de gîte, l’accueil est fantastique et on se sent comme chez nous. Un grand bol de bonheur!

Nous rencontrons aussi le pretre. Une personne incroyable qui va se prendre d’une grande amitié avec Gaby. Jésus (prénom original nan?! 😉 a vécu 10 ans avec une communauté indigène Waorani en Equateur. Il y a 3 ans, il dut revenir au pays et quitter ceux qui étaient devenus les siens, à cause d’une leucémie.
Mais comme il le dit, son coeur est resté auprès de sa communauté.
wpid-p1060536.jpg

Dans les donativos, tous le monde participe aux taches. Ce soir là, les Coréens ont décidé de préparer le repas. Le chef cuisto donne les ordres et de traductions en traductions, tout le monde parvient à se comprendre.
wpid-p1060520.jpg

Corvées de patates, carottes, oignons et autres pour tous. Et faut de la quantité, nous sommes 38 à table ce soir!
wpid-p1060512.jpg

Effectivement une belle et grande tablée se préparent pous nourir ces 11 nationalités affamées. On s’imagine bien comment serait un restaurant à Babel 😉
wpid-p1060569.jpg

Pour terminer ce repas, tous à la vaisselle méticuleusement organisée par les Coréens. Et l’ambiance merveilleuse qui a été crée continue de monter avec des chants. Chaque culture chante une chanson dans sa langue. L’atmosphère est tout simplement exceptionnelle.
Une photo de groupe s’impose! 😀
wpid-p1060579.jpg

Pour terminer la soirée, Léaticia et Mariam nous invitent à un moment de reflection dans le choeur de l’eglise. Quelques peu septiques sur le thème avec une crainte de nous introduire dans quelque chose de trop religieux, nous ne pouvons rompre cette ambiance et énergie qui s’est installée. Nous passons directement du dortoir au choeur de l’eglise par une porte “secrète”. Et là, en demi cercle, de grand sieges en bois eclairés de bougies et dominants toute l’eglise vétue d’or. Atmosphère bien particulière.
wpid-p1060614.jpg

Chacun à sa tour a pu echanger une pensée, ouvrir son coeur, dire ce qu’il voulait et même chanter, tenant en mains la bougie des pélerins. Un moment fort où tout le monde a versé sa larme. Nous avons tous finis en grandes accolades. L’amour et l’esprit pélerin ont inondé l’eglise!
wpid-p1060611.jpg

Nous avons été témoins qu’au delas des croyances, religions, cultures, langues et nationalités, nous sommes tous bien sensibles et avec plein d’amour à donner et à recevoir. Nous sommes tous égaux: nous pleurons, rions, resentons avec intensité. C’est justement ce qui nous fait humain.
wpid-p1060577.jpg

Une soirée très forte en emotions et en eclats de rires!

Nous reprenons le chemin plein de bonnes énergies et heureux de pouvoir vivre de telles expériences humaines.
On a comprit…le chemin doit être pleinement vécu.
BUEN CAMINO !!!

wpid-wp-1404986176735.jpeg

LE PREMIER FINAL

Ouraaa…nous y voici, nous y voilà!
Saint-Jean-Pied-de-Port nous a enfin ouvert sa porte des pélerins.
20140622-214220-78140222.jpg

Une grande étape du chemin s’achève et un nouveau pays s’ouvre sous nos pieds.

Déjà plus de 500kms dans les pattes avec cette perpétuelle destination dans la tête: les pyrénées. Maintenant, nous y sommes!
Ces derniers jours, nous avons vu monter l’adrénaline au fur et à mesure que grandissait devant nous cette muraille rocheuse naturelle.

Demain, lundi 23 juin, nous reprenons la marche après 2 jours de repos bien mérités.
Alors pensez bien à nous et envoyez nous votre énergie pour gravir ces pyrenées et passer ces 1200 mètres de dénivelés pour atteindre le premier village espagnol Roncesvalles.

20140622-214310-78190688.jpg