DU SABLE AUX SALLES DE CLASSE. DANS LA VIE.TOUT EST POSSIBLE !

Le merveilleux dans ce type de voyage c’est que la vie te fait évoluer en permanence. Vendre des bracelets et boucles d’oreilles sur les plages d’Argentine fut déjà une belle preuve de changement de style de vie. Parfois même, plus que vendeurs d’artisanat, nous nous sommes découvert grands orateurs à raconter nos péripéties de voyage et à motiver nos rencontres de e lancer à l’assaut du monde. Il y a tant de chose à découvrir, raconter, à exposer que se taire serait péché ; même pour des athées !

DSC08097

 

Notre route n’est jamais réellement définie et peut varier à chaque minute. En été, nous avons voyager sans nous immiscer dans le monde parallèle de couchsurfing, pour la simple raison que les rencontres sur les routes, notre roulotte, deux ou trois bières, le soleil, la mer ou la montagne et une bonne musique suffisaient amplement à notre grand bonheur. Mais en hiver, la chose se complique. Même si notre château roulant a un bon chauffage au gaz, comme tout camping-car qui se respecte 😉 , les rencontres se gèlent et c’est ainsi que nous avons décidé de nous remettre à surfer de sofa en sofa. De plus, nous avons eu tant d’expériences incroyables avec ce réseau de voyageurs que cet échange si intime et naturel avec les locaux nous manquait.

C’est ainsi que nous contactons Martin, un jeune Tchèque extraordinaire, qui nous reçoit, bras grands ouverts, chez lui auprès de sa merveilleuse famille. Nous nous souvenons très bien comment est née cette rencontre. Entre plusieurs mails, il s’intéressa de plus prêt à notre histoire et nous demanda si nous serions intéressé pour faire une présentation dans une salle du centre catholique du village. Bien évidement, réponse positive immédiate de notre part. L’affaire était lancée ! Il nous demande directement de lui envoyer au plus vite une affiche en anglais (qu’il traduisit en Tchèque aussi). Waooo, l’expérience s’annonçait déjà bien originale ! Vous vous imaginez une Equatorienne et un Français exposant leurs aventures, leur vie dans un anglais bien étrange et traduit simultanément en Tchèque ?!

Diapositive1 - tcheque

Effectivement, tout ceci s’est bien passé. Un dimanche, 19 heures, un public, certes peu nombreux mais très convivial, s’assoit en face de nous, regards intrigués et intéressés, tandis que le vidéoprojecteur leurs donnait la bienvenue avec nos premiers mots hésitants, aussitôt traduit en Tchèque.

L’objectif de l’exposition fut de présenter et expliquer la vie en Amérique du Sud et répondre aux questions, et parfois inquiétudes, autour de cette folle idée de parcourir le monde. La présentation dura plus d’une heure avec de nombreuses photos, dont beaucoup parlaient d’elles-mêmes.

Nous étions arrivés en République Tchèque depuis moins de 48 heures et nous ne connaissions pas leurs habitudes, ni leurs us et coutumes, ni leur langage « non verbal ». Mais au final, peu importe l’endroit sur terre, il y a des regards, des sourires, des yeux rêveurs de découvertes, des questions intéressées et intéressantes qui te rassurent, te donnent confiances et te montrent l’intérêt des gens, jusqu’aux applaudissements du succès.

Tout s’est déroulé à merveille comme quand nous étions en shorts et tongs sur les plages d’Argentine et d’Uruguay à expliquer notre folle histoire entre deux ventes de bracelets.

DSC08057

Ce fût un très bon exercice pour nous de pouvoir revoir notre vie de voyageurs et de nous surprendre en redécouvrant où notre route a commencé, il y a plus d’un an. Cela nous a permit de nous écouter et de renouveler les énergies qui nous maintiennent ferme dans la certitude de notre désir de découvrir le monde.

Le jour suivant, nous visitons ce petit village bien typique et oublié des touristes. Gaby vit pour la première fois la neige tomber. Elle ne pouvait pas trouver meilleur endroit pour profiter de cet instant magique. La maison de Martin est magnifique, tout en bois dont chaque murs démontre bien l’amour avec lequel, lui et sa femme Véronique, l’ont construite en cinq ans. Dehors, le silence blanc couvre petit à petit les toits et les pavés de ces ruelles étroites.

DSC08104

DSC08088

DSC08140

Chikitina blanchit sautille de partout. Pour elle aussi, ce fut la première neige. Il y a des moments comme ceci que l’on ne peut décrire avec des mots. Des instants de pur bonheur !

DSC08185

Continuant dans cette euphorie hivernale, nous partons profiter de ce nouveau paysage et montons jusqu’à une grotte, pour ensuite revenir au chaud et passer l’après midi avec Véronique et ces deux bébés.

DSC08090

En soirée, Martin rentre, accompagné d’un couple d’ami. Un diner multilingue, retraçant la présentation de la veille. Du coup, ils nous motivent à relancer l’expérience, à se rapprocher des écoles d’Ostrava (la ville voisine). Ou même mieux, des écoles de langues. Pourquoi ne pas les appeler. Nan, ce sera plus simple de se rendre directement sur place. Rapidement, ils nous trouvent les adresses des écoles et les noms des personnes à contacter. Le lendemain l’ami de Martin passe justement la journée à Ostrava. Hop, le rendez-vous est pris : demain, 7 heures sur la place du village.

Pas eu le temps de comprendre dans quoi nous nous lancions. Quand nous nous sommes retournés, nous étions déjà en face de la première école, sous la neige. Nous sommes entrés, timides, confus, émus et avons présenté notre projet. « Nous vous rappellerons » nous ont-ils dit. Ce non ne nous a pas intimidé et nous partons, plus serein et sûr de nous, vers la seconde école et la suivante et la suivante. En fin d’après midi, nous nous sommes retrouvés avec deux réponses positives. Une présentation en espagnol et l’autre en anglais. Coup de stress et excitation. Etre orateur devant un groupe inconnu n’est pas non plus toujours facile. Tout est planifié pour la semaine prochaine. Du coup, nous décidons de profiter de cette semaine pour passer côté Pologne et visiter Krakow et Austwitchz. L’itinéraire change à nouveau 😉

DSC08776

Les jours suivants sont dignes d’un autre post. Et la semaine suivante, nous voici de retour, prêt à faire rêver et à faire découvrir à ces jeunes écoliers un autre monde.

Encore une fois, cela fait parti des belles choses que nous enseigne le voyage. Rêver et vivre en réalisant ces rêves. Prouver que tout est possible. Outre ce romantisme superflu, le monde est quand même beau ! La solidarité gagne sur les guerres, et les mauvais ne sont pas si nombreux.

Et il ne pouvait pas avoir plus belle récompense que celle des yeux émerveillés et absorbés de ces filles et garçons de 16-17 ans qui écoutaient avec attention, qui riaient de nos tragédies de voyages, qui questionnaient sur tout et qui peut être…se lancerons eux aussi à l’aventure.

Parcourir le monde ne peut pas être uniquement voir des monuments, des rues connues et des musées. C’est plus que cela. C’est se reconnaître dans l’autre, penser positivement, reprendre confiance, grandir et vivre

DSC08745

Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s